Le biomimétisme, une source d'innovation pour l'agroalimentaire

« Le biomimétisme consiste à observer et à reproduire des propriétés essentielles d’un ou plusieurs systèmes biologiques, pour mettre au point des formes, des matériaux et procédés à la fois innovants et durables » (Rapport du Conseil Economique Social et Environnemental, 2015).

Intimement lié au concept de « l’économie de la connaissance » qui voit le jour dans les années 60, le biomimétisme permet de générer des innovations durables, différenciantes et à forte valeur ajoutée. Pour cela, il s’appuie sur une observation de la nature selon trois dimensions : les formes (comme les locomotives de TGV japonais en forme de bec de martin-pêcheur), les matériaux (comme les combinaisons inspirées de la peau du requin) et les écosystèmes (comme la permaculture).

Dans l’agroalimentaire, innover par les formes de produit ou d’emballage permet d’améliorer considérablement l’expérience de consommation et peut contribuer à réduire les coûts de production, de transport etc.
L’innovation par les matériaux renvoie par exemple aux emballages responsables pour lesquels les attentes des consommateurs sont de plus en plus pressantes. Ces derniers ouvrent de nouvelles perspectives en terme de recyclage et transforment les usages.
Enfin, innover en s’inspirant des écosystèmes de la nature peut se traduire par une accélération de l’économie des coproduits et des opportunités qui y sont rattachées.

Le biomimétisme constitue une source considérable d’inspiration et de créativité pour aider le secteur agroalimentaire à prendre le virage sain et durable que les consommateurs attendent tout en assurant une prospérité économique et en ouvrant de nouvelles opportunités de marché.

Sources :
Blog linnovore
CESE
Usbek et Rica