Innovez plus loin avec le Design Fiction !

Théorisé à partir des années 2000, le design fiction est une méthode de projection dans les futurs qui s’ancre dans des traditions plus anciennes du design critique, de la performance artistique et de la science-fiction en général. Le design fiction amène à une réflexion sur notre avenir à partir de la matérialisation de futurs. Ainsi il permet de s’immerger dans des futurs pour mieux les comprendre, se questionner et imaginer des solutions ; il nourrit la créativité et peut booster les processus d’innovation marketing. L’objectif de cette approche est de monter haut dans l’imaginaire pour aboutir à des solutions plus disruptives.

La science-fiction sert de point de départ à la méthode, tant en amont de l’atelier que pendant. En effet, l’innovation et la science-fiction ont une relation particulière ; elles s’influencent et s’inspirent l’une de l’autre. Les films, les romans, permettent d’imaginer des applications aux technologies, ce qui serait aujourd’hui désigné sous l’expression techno push. Mais ils viennent aussi challenger les innovateurs qui cherchent à les rendre réalisables voire à les dépasser. Par exemple, pour réaliser 2001 L’Odyssée de l’espace, Stanley Kubrick a consulté plus de 60 entreprises, susceptibles d’imaginer ce que serait le voyage spatial, et leur a demandé d’imaginer les concepts (vêtements, mobilier, outils de communication) du futur. On compte parmi elles des sociétés telles que Kodak, IBM, American Express, Vogue, Hewlett-Packard, etc.

Le principe du Design Fiction est aussi lié au fonctionnement même du cerveau en matière de souvenirs et donc d’imagination. Car en effet, Selon Tulving, notre capacité à nous projeter dans le passé pour se remémorer une situation est la même que celle qui nous permet de nous projeter dans le futur ! L’imagination à partir de zéro n’existerait donc pas. C’est la raison pour laquelle les sujets amnésiques, ayant leur capacité de reconstruction des souvenirs complètement réduite, démontrent une certaine incapacité à imaginer : ils disent « ne rien voir ». C’est aussi ce qui explique une certaine tendance en entreprise à proposer des idées déjà vues.

Sur ces fondements, le Design Fiction a la particularité de matérialiser des imaginaires inspirés de la fiction grâce à des artefacts réalistes permettant une immersion plus profonde et plus convaincante afin de susciter davantage de réactions. La fiction devient alors possible. Ces artefacts peuvent être des extraits de journaux, des prototypes, des salles immersives etc. Le design-fiction utilise la force du design : la capacité de matérialiser un univers fictif. Les compétences du designer sont nécessaires dans la bonne manipulation des codes visuels, culturels, qui permettent de communiquer et rendre crédible un projet.

Cette méthode est davantage adaptée à l’innovation à long terme. Si le design fiction s’appuie sur des outils particuliers, c’est une méthode encore « non processée ». Chaque acteur du design fiction se le réapproprie et conçoit des trames d’atelier ou des manières d’intervenir sur-mesure, en fonction du problème à résoudre. Le design fiction permet de se projeter dans le futur, d’imaginer et co-construire des solutions innovantes, y compris dans le domaine agro-alimentaire.

Sources :

Usbek et Rica 1

N.Minvielle/O.Wathelet : Le Design Fiction Une méthode pour explorer les futurs et construire l’avenir ?

T.Michenaud : De la science-fiction à l’innovation technoscientifique : le cas des casques de réalité virtuelle

Le cas Auger-loizeau (implants dentaires)

May-line Grassi